Syndrome pré-menstruel


Naturopathie / vendredi, décembre 20th, 2019

Des milliers de femmes souffrent du syndrome pré-menstruel (SPM) avec des symptômes parfois très invalidants.

C’est quoi le SPM?

C’est un syndrome qui se définit comme l’ensemble de troubles qui touche certaines femmes avant leurs règles. Il existe plus de 150 symptômes ! Parmi ces symptômes, on peut citer céphalées, maux de ventres, douleurs aux seins, rétention d’eau … La durée et l’intensité des symptôme est très variable. Ce syndrome peut donc être très invalidant. Environ 40% de femmes en souffrent, 10%ont un SPM sérieux et 5% un SPM invalidant.

Aucune théorie ne peut aujourd’hui expliquer l’ensemble des symptômes mais les chercheurs ont plusieurs hypothèses : facteurs hormonaux, trouble du métabolisme des sucres ou encore facteurs nutritionnels.

L’hygiène de vie

L’hygiène de vie a un énorme impact sur le SPM. Souvent sous-estimé : le stress joue un grand rôle ! A l’approche des règles, organisez des temps de repos, chouchoutez-vous. Vous trouverez quelques pistes pour gérer les stress ici. La pratique d’un exercice physique journalier permet de réduire le stress mais aussi la perception de la douleur.

En modifiant leur alimentation, de nombreuses femmes ont vu leur SPM diminuer :

  • éviter les produits sucrés et les produits raffinés (provoquant des pics de glycémie)
  • équililibrer sa consommation de matière grasse : privilégier les produits riches en omega 3 (anti-inflammatoire), éviter les graisses saturées (chips, produits laitiers, viande grasse)
  • augmenter sa consommation de fibres : légumes, légumineuses, céréales complètes

Les plantes

Le déficit en magnésium serait un point commun de beaucoup de femmes souffrant de SPM. Le magnésium fonctionne en duo avec la vitamine B6. Il existe plusieurs de magnésium

L’huile d’onagre agirait contre la douleur, elle réduirait la tension mammaire, les migraines, les troubles de l’humeur et les ballonnements. 

Le bourgeon de framboisier permettrait de stimuler la sécretion d’oestrogènes et de progestérone pour calmer les règles capricieuses. Il possède également une action antispasmodique utérine pour limiter les douleurs.

Il est possible d’agir sur l’inflammation grâce à la supplémentation en omega 3 et des composés comme le curcuma, magnésium.

L’achillée millefeuille soulage les crampes utérines pré-menstruelles mais aussi menstruelles.

La mélisse fait partie de la pharmacopée depuis longtemps pour ses vertus calmantes.

Sources : « Syndrome prémenstruel, les solutions naturelles » de Bérengère Arnal; « Sagesse et pouvoirs du cycle féminin » de Marie Pénélope PERES et Sarah-Maria LEBLANC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.