Soupe crue

Une soupe crue : quesako ? On considère qu’un aliment est « cru » lorsqu’il n’a pas été chauffé à plus de 42° C. En mangeant l’aliment cru, on en préserve toutes ses qualités nutritives.

Pour faire une soupe crue : on mixe des légumes avec de l’eau chaude puis on filtre ! Et oui, rien de plus simple. Pour ré-hausser le goût, on peut rajouter des épices et pour donner de la texture on peut rajouter des oléagineux.

Place aux recettes.

Soupe crue de laitue et gingembre

On mixe de la laitue avec de l’eau préalablement chauffée (dans une bouilloire par exemple) et un petit bout de gingembre. Pour obtenir une soupe crémeuse on rajoute des noix de cajou. Les noix de cajou peuvent avoir été préalablement trempées dans de l’eau plusieurs heures. On pourra ainsi faire cette soupe mais avec un mixeur peu puissant.  De plus, le trempage des oléagineux va commencer le processus de germination. Ce processus permet de rendre les nutriments contenus dans les oléagineux plus assimilables et aussi de faciliter la digestion.

La quantité de chaque ingrédient dépend de la texture souhaitée. Ici j’ai mixée une grosse laitue (sur la photo) avec un 1/2L d’eau et 1/2 cm de gingembre. Pour obtenir la soupe la plus claire, j’ai rajoutée une bonne poignée de noix de cajou (on peut aussi utiliser de la purée de noix de cajou toute faite du commerce).

Soupe crue de carottes et curcuma

Sur le même principe on mixe de carottes, du curcuma et de l’eau. Ici, il faudra un mixeur assez puissant pour mixer les carottes le finement possible. De même on peut rajouter des noix de cajou ou un autre oléagineux. Pour ces deux recettes, j’ai préféré les noix de cajou car elles sont très neutre en goût.

 

 

 

De nombreuses variations sont possibles. A vous de jouer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *